Definition violence 3

 

La violence à l'école désigne l'ensemble des paroles, des attitudes, des gestes, des actes, des jeux, des punitions... qui blessent moralement ou physiquement une personne.

Cet ensemble comprend six principales formes de violence :

  • la violence verbale : ex.: insulter quelqu’un, le menacer, se moquer de lui, lui attribuer un nom humiliant, etc.; 
  • la violence physique : ex.: frapper quelqu’un, faire exprès de le bousculer, le chicoter ou le fesser, le mettre aux piloris ("la souris", la "moto"), etc.;
  • la violence sociale: ex.: exclure quelqu’un d'un groupe, l'ignorer à cause de ses origines ethniques ou de sa religion, d'une infirmité, répandre des rumeurs sur autrui, etc.;
  • la violence matérielle : ex.: voler les effets ou l'argent d'autrui, casser, dégrader ses biens ou ceux d'un groupe de personnes, etc.
  • la violence sexuelle : ex.: insulte, parole, geste... à caractère sexuel, obligation faite à un élève d'avoir des rapports sexuels en échange de bonnes notes de classe.
  • la cyberviolence : ex.: à partir de sites internet ou de téléphones portables, menacer quelqu’un, répandre des rumeurs sur lui, en montrer des images humiliantes, etc.;

 

Parmi ces six formes, la cyberviolence est la plus récente

La cyberviolence est une forme de violence faite et/ou exercée par le biais des nouvelles technologies (ex.: téléphone portable, tablettes électroniques, etc.) et des réseaux sociaux (ex.: Facebook, Instagram, Whatsapp, etc.), non plus uniquement dans la cour d'école ou dans la rue. Elle peut prendre des formes multiples :

  • le lynchage (ex. : disputes en ligne utilisant un vocabulaire agressif);
  • le dénigrement (ex. : envoi par courriel ou publication sur Internet de rumeurs au sujet d’une personne afin de nuire à sa réputation);
  • l’usurpation d’identité (ex. : prétendre que l’on est quelqu’un d’autre pour nuire à sa réputation);
  • la propagation de secrets ou de rumeurs ou de toute autre information personnelle;
  • le vidéo lynchage (happy slapping) qui consiste à filmer l'agression physique d'une personne avec un téléphone portable et à la publier sur Internet, via les réseaux sociaux).

La spécificité de cette violence est son caractère public, amplifié par le Web (Internet), qui agit ici comme une caisse de résonance.

 

La violence exercée en milieu éducatif concerne aussi bien les élèves que les adultes. Elle implique notamment :

  • la victime : la personne qui subit la violence, celle à qui l'on fait blesse et/ou fait souffrir au moyen d'un comportement violent;
  • le témoin : la personne qui voit ou assiste à l’agression de la victime;
  • l’auteur : la personne qui agresse l'autre (la victime), celle qui exerce de la violence sur une autre.

 

L'orsqu'elle s'exerce à l'école, la violence s'observe principalement  dans la cour de récréation, le foyer des élèves, la salle de classe, les bureaux administratifx, le terrain de sport, les couloirs, derrière les salles de classe, l'infirmerie, les toilettes, etc.

Lorsqu’elle s’exerce à l’extérieur de l’école, elle peut se produire par exemple dans les transports publics (ex.: taxi ou le bus), sur le chemin de l’école, chez le boutiquier ou sur les aires de jeux situés autour de l’école, etc.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.